Le foot : un secteur économique et social à part entière (NAR 1)

 

Photo de Valentin Desbriel


Mai 2018 : la LFP (Ligue de Football Professionnel) annonce triomphalement avoir cédé les droits TV nationaux de diffusion des matchs de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la période 2020-2024 contre un montant annuel de 1,153 milliard d’euros, dont 780 millions censés provenir d’un groupe sino-espagnol, Mediapro.

Février 2021 : la Justice valide la rupture unilatérale du contrat par la LFP pour défaut de paiement de la part du groupe espagnol.

Les conséquences, sociales et économiques, de cet événement ne sont pas toutes actuellement visibles et pourtant, elles ne manqueront pas de se révéler. La crise sanitaire ne saurait tout expliquer à elle seule.

Il s ‘avère, en effet, que la LFP, comme hypnotisée par le montant proposé, a préféré accorder les droits de diffusion à un groupe financier qui n’avait comme seul objectif que de revendre, avec plus-value, les différents droits qu’il venait d’acquérir. Le hic, c’est qu’aucun diffuseur ne s’étant présenté, Mediapro, dont ce n’est pas le métier, s’est retrouvé dans l’obligation de créer sa propre chaîne de TV à péage pour pouvoir collecter des abonnements et diffuser les matches. Sans surprise, les abonnés espérés boudèrent le produit, comme une étude de marché sérieuse et rigoureuse l’aurait révélé si elle avait été réalisée. Le groupe s’est vite retrouvé dans l’incapacité de financer son achat et la LFP a du trouver en urgence un nouvel acquéreur/diffuseur. Il va de soi que cette urgence a placé celle-ci (et donc l’ensemble du secteur économique qu’est le football et notamment le monde amateur qui est sa base sociale) en position de grande faiblesse face aux acteurs solvables et expérimentés – évincés en 2018 – que sont Canal+ et BeinSport, les partenaires historiques du foot en France : ils ont ainsi récupéré, pour la moitié environ de la somme initiale, un produit qui a un vrai public, d’autant plus motivé que, pour l’instant, il ne peut plus accéder aux stades.

Tout cela n’aurait guère d’intérêt si les conséquences économiques et sociales n’étaient pas bien plus importantes qu’on ne le soupçonne au premier regard : ce sont les clubs professionnels (qui sont des PME avec des salariés) et les clubs amateurs de la France périphérique, acteurs qui jouent tous deux un rôle essentiel dans le lien social, qui se trouvent privés d’une ressource financière vitale. Nous y reviendrons plus longuement dans un prochain numéro.

Omar Gousmi

Laisser un commentaire