Acte 2

Second temps non négociable, une véritable politique concernant l’UE. 2005 a prouvé que les français pouvaient s’intéresser à la question européenne mais que encore une fois, la fameuse démocratie représentative a balayé d’un haussement de menton la parole populaire. Evidemment, pour moi, le rêve serait une sortie inconditionnelle de ce machin mais on ne peut se prévaloir de démocratie d’un côté et imposer une décision de l’autre. A moins donc d’un référendum faisait office de loi applicable et non négociable sur le sujet, je ne m’amuserais peut être même pas cette fois à lire les promesses électorales des uns et des autres qui n’engagent que ceux qui encore croient ces bonimenteurs.
Mise en place d’une véritable démocratie (c’est-à-dire voter les lois impactantes au quotidien) et mise en place au minimum d’un référendum sur la question de l’UE avec une vraie campagne pédagogique et non idéologique sont les deux préalables indispensables et qui conditionnent clairement tous les autres sujets. L’environnement, le social, le sécuritaire, l’immigration, la laïcité, l’économie, le militaire, l’éducation, la santé, la formation, la famille, la ville, le plan, l’agriculture, le chômage, la retraite, la politique sportive, égalitaire ne sont que des domaines, selon moi secondaires et qui seraient seulement discutable dans une perspective où les citoyens seraient concernés de part leur vote et leur prise de position et dans une perspective où ces mêmes citoyens auraient décidé d’eux-mêmes si les décisions supra nationales devaient continuer à l’être.
On peut bien sûr m’objecter que les sujets cités sont plus importants. Evidemment. Pour moi, les deux thématiques que je mets en avant sont les points de départ d’un traitement es autres points. On peut vouloir lutter contre le réchauffement climatique, et à l’exception de quelques illuminés, tout le monde est plutôt d’accord sur la nécessité écologique mais une vraie politique écologique passe par la fin du lobbying, la mise en place de lois et de règles contraignantes mais acceptées et voulues par tous et non imposées par certains sans visée pédagogique. On peut même croire que les citoyens sont suffisamment intelligents pour comprendre une obligation de réforme de la retraite ou du chômage ou de je ne sais quoi si cette obligation est expliquée, si elle est adoptée avec concertation, si elle est amendable en cas d’échec, si elle est discutée et discutable. Or aujourd’hui, cela n’existe pas et c’est l’une des raisons des multiples refus de réformes. Les français, comme d’autres, ne sont pas contre les réformes. Ils sont contre les obligations, les diktats, les impositions. En discutant, on arrivera à davantage de consensus et davantage d’implication mais pour que des personnes privilégiant leurs postes à l’intérêt général comprennent enfin ce genre de choses, je pense que nous ne serons plus ici pour le voir.
On peut encore me rétorquer que si les citoyens décidaient de leur gestion, ils remettraient en place la peine de mort, la fin de l’immigration ou je ne sais quelle autre saloperie. Evidemment, je serai plutôt contre mais s’il s’agit de la volonté du plus grand nombre, il faut l’accepter. Aujourd’hui, les décisions sont prises par un petit nombre concernant le plus grand nombre et les imposent. Si demain, le vote populaire décide de remettre en place la peine de mort, je suis en droit de quitter le pays, de m’y opposer pacifiquement, de lutter contre sans être à tour de rôle affublé de sobriquets tels que fachos ou gauchos, racistes ou suceur de babouches.
L’an prochain je ne voterais donc pas pour les partis pro UE, ce qui fait que je ne voterais pour personne et pour être bien sûr que je ne voterais pas, je ne voterais pas pour un parti qui considère la république et donc l’élection de maitres comme ne obligation en prétendant qu’il s’agit de la démocratie mais une démocratie sans le peuple. Ni Mélenchon, ni Le Pen, ni Macron, ni Bertrand, puisque tous républicains et tous pro UE. Inutiles dès lors de venir m’expliquer les vertus d’un programme inapplicable, aucun parti aujourd’hui ne répond à mes désirs d’égalité, de justice, de liberté, de paix.
Pour finir, l’abstention est aujourd’hui, le seul véritable geste politique de contestation selon moi. Voter pour des gens qui ne prennent jamais en compte la parole populaire, c’est clairement se soumettre. C’est d’autant plus risible de se considérer insoumis dans ce cadre mais ça n’est pas la seule contradiction. De très loin, aujourd’hui, les abstentionnistes sont pour beaucoup, plus politisés que les votants, plus au fait des enjeux que les votants. Les votants votent par tradition, par reflexe, par paresse intellectuelle et réflexive et certains, encore, quelques uns votent par conviction. Des convictions de soumission à l’UE et des convictions de soumission à une pseudo élite totalement déconnectée et méprisable. Ce n’est qu’une piste mais plutôt que de pleurer une fois par an environ sur les taux hallucinants de l’abstention et sur des députés élus avec 15% des voies des inscrits ou des présidents de régions avec moins de 10%, il serait temps de remettre les individus au centre de la politique et de laisser enfin les citoyens participer aux décisions qui les concernent.

Laisser un commentaire